Une fois n'est pas coutume, nous vous présentons quelques-unes des dernières BD fraîchement débarquées dans nos rayons!
Nous en profitons pour vous rappeler l'existence d'une toute nouvelle animation : "Une case en plus", rencontre entre lecteurs bédéphiles et bibliothécaires, pour découvrir toutes les nouveautés ! La prochaine séance est prévue le 4 décembre prochain à Meudon Centre, si le Covid-19 nous le permet d'ici-là!


Peau d'homme 
par Zanzim et Hubert

Avec "Peau d'homme" on plonge dans une fable qui mélange sexualité, moeurs, religion et traditions. Puissante et drôle, cette BD nous questionne quant à nos idées reçues sur les genres et le bonheur du couple. Le dessin, comme le récit, directe et loufoque, accompagne l'histoire et donne un ton décalé.

Les oiseaux ne se retournent pas / Nadia Nakhlé | Nakhlé, Nadia. Scénariste. Illustrateur

Les oiseaux ne se retournent pas,
par Nadia Nakhlé

"Les oiseaux ne se retournent pas" est une BD d'une rare beauté. Le récit est émouvant et on suit la vie d'Amel avec la gorge serrée. Une crainte qui nous suit tout le long s'instaure. Les dessins sont magnifiques et viennent contrer la cruauté de l'histoire : poétiques et délicats, ils offrent une vision presque onirique du parcours de cette jeune orpheline. Le contraste entre le noir et blanc et les couleurs puissantes est percutant. 

 

La bombe,
par Alcante, Bollée et Rodier

Ce livre est un roman graphique colossal, un pavé (450 pages !) en noir et blanc, magnifiquement dessiné. L'illustrateur Denis Rodier est québécois et on retrouve dans son dessin à la fois l'influence du comic américain (façon "The Spirit") et de la BD franco-belge (style Boucq). Un dessin très beau et précis et une fusion de styles, donc, pour traiter un sujet tout aussi dense et international, la bombe atomique et son histoire, vues d'Allemagne, des États-Unis et du Japon, et à travers la vie des scientifiques, des politiciens ou des civils. Cette densité documentaire et dramatique n'est pas sans rappeler la BD "Les rêveurs lunaires", de Cédric Villani et Baudouin. Un livre somptueux !

L'emprise des ténèbres

Pucelle (tome1 : Débutante),
par Florence Dupré La Tour

Il est des familles où la sexualité est un tabou et où les enfants grandissent en ignorant tout du « comment on fait les bébés ». C'est ce tabou que l'autrice aborde, dans une BD autobiographique où elle raconte son enfance au sein d'une famille aristocratique. Son dessin est tout en légèreté, en simplicité enfantine, dans des teintes grises et roses pâles qui mettent en tension la froideur de l'âge adulte et la fraîcheur de l'enfance et de « la chair » ! C'est ce qui en fait un livre féministe : aborder ces sujets, les faire sortir de l'ombre du secret, c'est cesser de considérer le sexe des femmes comme ce qui doit être caché, et donc logiquement comme un « deuxième sexe ».