Infravies : le vivant sans frontières / Thomas Heams

Livre

Heams-Ogus, Thomas (1976-....). Auteur

Edité par Éd. du Seuil. Paris - 2019

"Qu'est-ce que la vie ?" se demandent depuis des siècles naturalistes, biologistes et philosophes. Et si, pour tenter d'y répondre, on renonçait à donner du monde vivant une définition figée, pour mieux prendre en compte sa nature dynamique et ses échanges permanents avec le reste de l'univers ? De fait, la nature et maintenant les laboratoires recèlent un incroyable bestiaire d'infravies, des entités qui défient la classification binaire entre vivant et non-vivant. Plus surprenant encore, il ne s'agit pas d'exceptions mais, au contraire, des éléments mêmes sur lesquels repose l'existence du monde vivant. Ce livre révèle ces infravies et les accueille dans une nouvelle perspective théorique. Il propose une caractérisation scientifique inédite du vivant, qui exige d'abandonner certaines des métaphores les plus puissantes de notre temps, comme celle du vivant-machine. Cette épistémologie renouvelée, amenant à concevoir une vie sans frontières, a des répercussions majeures sur le regard éthique que nous posons sur les vivants. Un ouvrage d'une puissante originalité.

Voir la collection «Science ouverte»

Autres documents dans la collection «Science ouverte»

Vérification des exemplaires disponibles ...

Se procurer le document

Vérification des exemplaires disponibles ...

Suggestions

Sélection : Les coups de coeur livres octobre 2019

Infravies : le vivant sans frontières / Thomas Heams | Heams-Ogus, Thomas (1976-....). Auteur

Infravies : le vivant sans frontières / Thoma...

Livre | Heams-Ogus, Thomas (1976-....). Auteur | 2019

"Qu'est-ce que la vie ?" se demandent depuis des siècles naturalistes, biologistes et philosophes. Et si, pour tenter d'y répondre, on renonçait à donner du monde vivant une définition figée, pour mieux prendre en compte sa nature...


Cote(s) : 540 BIOL
Médiathèque de Meudon centre | Adulte | Rayon Sciences et nature
Izana : la voleuse de visage | Matsuura, Daruma (1984-....). Auteur

Izana : la voleuse de visage

Livre | Matsuura, Daruma (1984-....). Auteur | 2017

Dans le monde d'Izana, il y a le dedans et le dehors. Le dehors, c'est tout ce qui s'étend au-delà des murs de la maison : le soleil, les arbres, les autres... tout ce qu'elle n'a jamais vu autrement que dans ses livres ou à trave...


Cote(s) : R MATS
Médiathèque de Meudon centre | Adulte | Rayon La Passerelle
Il était une fois l'inspecteur Chen / Xiaolong Qiu | Qiu, Xiaolong (1953-....). Auteur

Il était une fois l'inspecteur Chen / Xiaolon...

Livre | Qiu, Xiaolong (1953-....). Auteur | 2017

De son enfance en pleine Révolution culturelle, Chen Cao garde en mémoire les dénonciations et les quolibets dont son père a été l'une des victimes humiliées. Quelques années plus tard, jeune policier, Chen se charge d'une affaire...


Cote(s) : R QIU
Médiathèque de Meudon-la-Forêt | Adulte | Rayon Policiers
Chargement des enrichissements...

Avis des lecteurs

  • Coup de coeur ! 5/5

    L’auteur veut proposer une nouvelle vision sur les théories du vivant et promouvoir le goût et l’émerveillement de la créativité, de la liberté et de la collaboration dans sa discipline et il réussit son pari ! Après un retour sur les bases de la théorie du vivant, mettant à l’honneur l’influence de la minéralité terrestre sur ces dernières, il nous enjoint à penser le monde infravivant comme un état particulier. Il décrit les travaux actuels en biologie de synthèse, en xénobiologie et en exobiologie tout en se questionnant sur les marqueurs du vivant. Il revient ensuite sur toutes les tentatives de définition du vivant : c’est très intéressant de voir toutes les définitions possibles et les remises en question qu’elles engendrent ; le problème semble irrésoluble ! Néanmoins, l’auteur propose une définition m’a plu : « pas de vie cellulaire sans virus, sans mitochondries, sans vecteurs. Pas de vie sans symbioses, sans hybridations, sans échanges. Pas de vie sans transformation permanente de la vie ». Dans les derniers chapitres, l’auteur promeut le dépassement de la vision machiniste du vivant, de la vision du vivant-machine mais cette remise en cause est difficile car cette notion est concrètement et symboliquement ancrée dans la structure économico-politique de nos sociétés : il faut donc déconstruire cette vision tout comme l’approche informationnelle qui peut biaiser notre regard sur le vivant. Il démontre également qu’il faut poser une éthique de la recherche et s’attaque au transhumanisme. Bref, toutes les formes vivantes parviennent à durer et à se perpétrer en bricolant, agrégeant, combinant, recyclant et surtout le vivant est un collectif : presque aucune espèce ne vit par elle-même ! C’est le message délivré par l’auteur grâce à sa plume engagée et passionnante, qui mérite vraiment d’être lue ; je vous recommande fortement cet ouvrage !

    par SophieC Le 16 août 2019 à 12:33